• Damien Kedissa

Le moov de la pagai

Mis à jour : 23 avr. 2018

« J’ai une idée, j’en fais une application »


Arrêtez de rire bêtement à chaque fois que vous pensez avoir une idée de génie. Vous voulez faire comme SnapChat, BlaBlaCar, Uber, TripAdvisor...


Vous pensez que ceux qui ont réussi ont eu de la chance ? La chance fait partie du jeu, mais à mon avis il y’a d’autres ingrédients intelligemment entremêlés qui font de ces idées une recette agréable en bouche.


Votre idée est-elle vraiment dans le moov ? Petit retour en arrière sur l’article de Gartner rédigé en 2014 et annonçant le pourcentage de réussite en 2018.


Gartner prévoyait qu’en 2018 le nombre d'applications mobiles grand public à même de générer un revenu conséquent à leurs développeurs sera limité.


Combien d'applications rentables étaient prévues pour 2018 ?


Mauvaise nouvelle pour les chefs d’entreprise ayant envie de créer une application mobile et qui espéraient toucher le gros lot avec leur « super » application : selon Gartner, du fait d'une concurrence de plus en plus forte et des exigences croissantes des utilisateurs, les développeurs d'applications pour smartphones et tablettes vont avoir plus de difficulté à gagner beaucoup d'argent. Google Play et App Store d'Apple comptent tous deux plus d'un million d’applications. Cette offre pléthorique complique le choix des utilisateurs, mais il empêche aussi les développeurs de se faire remarquer ou de faire de l'argent avec leurs applications.

Aujourd'hui, selon Gartner, 90 % environ des applications payantes sont téléchargées moins de 500 fois par jour et elles rapportent moins de 1250 dollars par jour. Et ça ne va pas s'arranger du fait d'une concurrence toujours plus grande. Par ailleurs, il faudra aussi que les développeurs proposent des applications toujours plus sophistiquées pour répondre à la demande des utilisateurs. Cela signifie que le traitement, le développement, les tests, le déploiement et le support vont coûter plus cher, ajoute le cabinet d'études. Si bien que Gartner estimait qu’une seule application grand public sur dix mille sera financièrement rentable en 2018.


Une infime chance de gagner de l'argent


Les développeurs doivent se préparer à ce scénario et apprendre à se fixer des attentes réalistes. Si l'objectif est de gagner de l'argent en vendant une application, Gartner leur recommande de bien évaluer leur concept, leurs coûts et leurs opportunités, car la probabilité de réussite est infime. La part des applications gratuites devrait également augmenter : de 91 % en 2014, elle devrait passer à 94,5 % en 2017. Sur la même période, le nombre total de téléchargements devrait croître de 102,1 à 268,7 milliards. Le nombre croissant d'applications disponibles est également en train de changer la manière dont les utilisateurs trouvent des applications. Comme ils ne peuvent pas parcourir ces volumes pour y trouver l'application qui pourrait les intéresser, ils auront de plus en plus recours à des moteurs de tri spécifiques, des amis, les réseaux sociaux ou la publicité pour découvrir les applications mobiles.


Cependant, Gartner ne pense pas que le nombre de téléchargements payants continuera à augmenter, même s'ils représentent un petit pourcentage du total. Le cabinet d'études prévoyait qu'en 2017 ils atteindraient les 14,8 milliards, contre à 9,2 milliards l'an dernier. Mais l'exception reste possible : « un étudiant peut toujours développer dans son sous-sol une application unique qui aura un immense succès ».


Alors comment s’en sortir pour lancer un projet susceptible de fonctionner ? Répondez-vous à un besoin mieux que vos concurrents ou avez-vous inventez un nouveau besoin ? Si oui, vous avez des chances de faire émerger votre projet. Faites de la veille et observer les projets similaires et comment ils ont tiré leurs épingles du jeu.


N’investissez pas tout de suite, dans une version Android et ios et pensez lean project (construction allégée). Vous pourrez alors observer le comportement de vos cibles.

Ne sous-estimez pas le budget communication qui doit être pensé en amont, imaginer que son application va être une réussite à son simple lancement est une hérésie et la meilleure chose pour boire la tasse.


Alors soyez dans le Moov et à vos pagaies !

© 2018 par Digital Consulting

agence de communication Paris